• On a conscience avant, on prend conscience après.

  • On nous cache tout, on nous dit rien Plus on apprend plus on ne sait rien On nous informe vraiment sur rien.

  • Nul homme sensé ne peut préférer la guerre à la paix puisque, à la guerre, ce sont les pères qui enterrent leurs fils alors que, en temps de paix, ce sont les fils qui enterrent leurs pères.

  • j'ai compris que je ne vivrais pas éternellement. Il faut longtemps pour apprendre ça, mais, une fois qu'on le découvre, le changement intérieur est complet, on ne peut plus jamais redevenir tel qu'on était.

  • bien merci

    kiss
    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555555
    au passage

  • .............+5+5+5+5+5+5+5
    ......................................+5+5+5+5+5+5+5
    ......................................+5+5+5
    ......................................+5+5+5
    ......................................+5+5+5+5+5+5+5
    ................+5.....................+5+5+5+5+5+5+5
    ............+5+5+5...................+5+5+5+5+5+5
    ................+5........................................+5+5+5
    .................................. +5+5.................+5+5+5
    ......................................+5+5..............+5+5+5
    ......................................+5+5.............+5+5+5
    .........................................+5+5+5+5+5+5+5
    ..........................................+5+5+5+5+5+5 ............

  • mrci c gentil
    jesper k tu vas bien
    alors petu passer sur mon blog
    et me laisser des coms
    c rendu
    kiss

  • yeah
    okey
    Les cités dortoirs ne dorment pas peuplées de couche-tard
    Et dès que les daronnes passent rangez les bouchka
    tant que tu bouges la tête j'ai le flow qui grove grave
    mon rap c'est un jour de fête avec un arrière goût de drame
    malgré les mêmes peines les quartiers se goum grave
    attendant que l'état vienne pour nous mettre le coup de grâce
    on s'nique entre nous semblable à une touze-par
    j'ai dit à dash que le charme du ghetto ne me touche pas
    pas là pour baratter dans nos rues nos groupes squattent
    nos vies saccadées comme l'instru de cami groutsda
    les petits pensent que l'illicite ça les pousse grave
    surtout quand le shit part a 60e les 12 grammes
    tous a chercher de l'or mais beaucoup ne trouvent pas
    on veut être un loup dehors celui dont les foufs parlent
    a quoi sert le bonheur si ma vie est toute falsch
    alors sachez votre honneur d'l'argent on est tous fan
    laisse parler les écrits on l'redis beaucoup d'fois
    un jour les jaloux vont maigrir mais nous on sera tous fat
    l'argent est l'oxygène j'espère qu'on étouffe pas
    squatter la tess c'est c'qui m'gêne moi je rêve que tout s'barre!

    Refrain:
    Je voudrais dire à mes amis
    que le ghetto n'est pas un abris
    L'essentiel c'est qu'on parte de ce milieu ne plus représenter la sere-mi
    Je voudrais dire à ma famille
    que l'avenir reste fragile
    l'essentiel c'est qu'on parte de ce milieu ne plus représenté la sere-mi

    aussi bavard qu'un silencieux les vrais bonhomme ne l'ouvrent pas
    les yeux dans les yeux les vrais bonhomme ne louchent pas
    tes amis changent beaucoup trop quand y'a tout l'cash
    moi c'est surtout dans le dos que j'ai pris des coups d'chlass
    j'préfère être seul que d'être entouré de boucs lâches
    un gun dans la gueule ça fait taire les bouches larges
    on m'dit qu'j'suis racailleu car je n'ai pas de ??? (tous ce fac')
    le soleil de ma banlieue me fait l'effet d'une douche froide
    mais j'rappe pour les jeunes actifs partout où j'passe
    9-9 toutes les villes d'afrique tu sais d'où j'pars
    le rap c'est délicat on se fait des coups d'crasse
    joue aux chaises musicales mais y'a pas beaucoup d'places
    hip hop mon royaume que je respire ou j'clamse
    si je pars je laisse le trône du rap à S'pi ou sam's
    dans l'rap ma fin arrive si je pars ne boude pas
    j'peux pas passer ma vie à cumuler des cliks sur booska
    la police fait la guerre en civil te loupe pas
    alors mes gars sont aux aguets dès qu'un mec louche passe
    mode de vie frauduleu mais discret quand tout crâme
    moi j'connais des crapuleux à l'apparence toute calme
    aux jeunes qu'on a usés et que les juges n'écoutent pas
    ceux qui s'assois au banc des accusés mais ne se couchent pas
    malgré les temps mauvais mes origines ne bougent pas
    parfois j'ignore où je vais mais j'oublie pas d'où j'pars

    Refrain (x2)
    Je voudrais dire à mes amis
    que le ghetto n'est pas un abris
    L'essentiel c'est qu'on parte de ce milieu ne plus représenter la sere-mi
    Je voudrais dire à ma famille
    que l'avenir reste fragile
    l'essentiel c'est qu'on parte de ce milieu ne plus représenté la sere-mi

  • merci de ton passage
    gro bz
    +++555555555
    dit petu passer sur mon bl0g
    et me laisse rdes coms
    c rendu kiss

  • YOU KNOW WHAT? MAY BE NOT WHAT I KNOW BUT IF YOU KNOW WHAT WE ALL HAVE DONE ON KNOW IF YOU DO NOT KNOW ANYTHING DO NOT TALK TO ME WHAT I KNOW ITS NOT MUCH edgy and VA SAYS WHAT I KNOW. YOU KNOW WHAT I KNOW, I KNOW THAT THE POLICY IS ALL crap,
    I KNOW THEY WANT TO SWALLOW THEM DONE ON SALAD AND WE SICK OF NAIS NOT TEND I KNOW SOMETHING ELSE BUT I WILL NOT EVERYTHING YOU SAID WHAT I KNOW,
    IF YOU WANT ME YOU CAN SAYS WHAT YOU KNOW
    Do not forget I KNOW THAT I LOVE YOU YOU BIC OP

  • merci bcp
    pas mal pr toi oci +555

  • Prim’s parolier, rimes explosves comme la nitro pour qu’la concurrence au micro ne puisse pas le nier
    Si ça part dans les insultes évite la re-mè
    Si d’la punchline tu rates la chute hésite pas, remet
    C’est freestyle mais j’te parle pas de shit et de sky mais bien de la street et ces racailles même
    J’rap toujours frais, on dirait qu’j’suis tout nouveau
    Vous rappez tous pareil on dirait une choré’ de kuduro
    J’fais tout le boulot le coeur en saison hivernale
    Mon frère la tête sous l’eau attend d’être enfin libérable
    En fait, un enfermé qui s’évade, c’est rare comme Jean Pierre Pernaut qui donnerait la parole à Kemi Seba
    Nos ennemis nous séparent, la guerre à base de coup d’pute
    Qui parle de Rap Game ? Ca fait longtemps que je ne joue plus
    J’ai plus le temps des pour-parler


    Nos vies sont tellement brèves, si on en fait un film on l’appellerait court trage-mé
    Le courage est de mise, un seul homme visionnaire
    J’viens des bidonvilles de Kin’ appelle-moi Slumdog Millionaire
    Comme tous ceux qui viennent d’Afrique pour rouler en gamos
    Qui grandissent sur une terre battue mais pas celle de Roland Garros
    J’arrose la poisse qui m’escorte, comment me projeter?
    Le bonheur à ma porte mais faut que j’passe le seuil de pauvreté
    J’pense à mes oncles sans papier c’est dramatique
    Mais pour des fafs ils pourraient reconnaitre la gosse de Rachida Dati
    Han, on nous baratine malgré l’effort
    Pas attendu la crise pour voir que la misère est forte
    La Guadeloupe se révolte, la France est éclatée
    Et tu croyais voir la compagnie créole t’as eu le LKP
    Rescapé, grâce au succès j’suis pas un délinquant
    Mais j’reprend le métro pour retrouver l’inspi d’il y a 5 ans
    Eh ouais j’ai changé et je le montre
    Désormais j’écris mes textes engagés dans le journal Le Monde
    Retiens mon nom d’analphabète, tu veux que je faiblisse
    Si j’t'ai traité de con bah considère que c’est un euphémisme
    Trop d’ennemis dans le complot sans crier gare
    Remarque que ceux qui parlent dans mon dos seul mon boul les regarde
    J’reste à l’écart mais dans la machine j’suis le gravillon
    Pour enrayer Paris avec ma rime et l’effet papillon
    Ok, j’te l’avais dis qu’t'avais jamais entendu de rap Français

    Refrain:

    J’avance les yeux fermés les poings serrés l’estomac noué
    J’ai tous mes membres pour le moment que Dieu soit loué
    J’ai pris des coups oui je dois vous l’avouer
    Mais que Dieu soit loué, que Dieu soit loué
    X2

    Depuis que j’excelle dans la musique certains amis sont devenus adversaire
    C’est ironique comme de mourir le jour de son anniversaire
    Fais ton chemin frêre , touche pas à ma route
    J’suis une black panthère comme la mère à Tupac Amaru
    Je vois rouge dans ce rap français et son contexte
    J’refuse de partager ces doutes et porter ces complexes
    Tu fais du rap mais tu fuck les states, pathétique
    Où t’as vu un reggae man d’ici qui nique la Jamaïque ?
    Soyez pas naïf, j’veux soigner ma ive
    A la force du poignet même éloigné de ma rive
    C’est loin l’Afrique, j’suis condamné sans jouer les stars
    Mais si je tombe mettez moi dans la même cellule que Joey Starr
    Ca m’permettra de ne pas me couper du hip hop
    Entre Snoop et Lollipop j’ai mes couplets dans l’ipod
    Mon pote, les rappeurs sont des pales copies
    Pour sortir ma musique de la crise j’ai plus besoin d’inspi’ que d’Hadopi
    Fils adoptif de Marianne la mégère devenue ma marâtre défavorable à mes gênes
    Et j’aime quand sur le net tu ouvres ta bouche mais attention
    Le wall de ton facebook sera le mur de tes lamentations
    La tentation de bambaataa est révolue
    J’ai la sensation d’un rap où le discours n’est même plus reconnu
    Où les MC lancent des clash pour s’égayer
    Mais dans le freestyle hostile 2006 c’est pas Médine qui bégayait
    Effrayé par la mort dans mes missives
    Car on fond la vie n’est qu’une maladie sexuellement transmissible
    J’reste invisible mais dans la machine j’suis le gravillon
    Pour enrayer Paris avec ma rime et l’effet papillon

  • Sisi tkt =)

    ++5

  • Anonyme

    Mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, c tro mignon!!!!! Merci c gentiiiiiiiiiiiil

  • Anonyme

    +++++++++++++555555555555555 pour toi

  • J'sais pas si tu connais le kwassa-kwassa,

    Zaiko Langa-langa, la Rumba, ou le Makossa

    Le M'balax, la cora, le son du balafon

    Qui fait bouger Bamako, N'Djamena ou le Gabon

    Terre d'Afrique, Dioula, Peul Mandingue Massaï

    Terre, où si t'es frappadingue le Saï - Saï t'assaille

    Et j'croque bâton - manioc en pirogue

    J'vois des côtes ancestrales et de belles gardes robes

    Sur la plage, on a fumé le capitaine

    Bu le jus de tamarin dans une coupe en ébène

    Il faut des sous pour le développement

    Il faut développer les flux pour lutter contre le sous-développement



    Ahio ! Il y a des idéaux

    Des couleurs et des sons qui sont plus beaux que dans les vidéos

    Ahio-o ! Nouvel idéal

    J'ai vu des nanas là -bas, qui veulent être comme les filles des Halles



    De Doula jusqu'à Touba

    Je t'aime, je te le dis tout bas

    De Douala jusqu'à Touba

    Je t'aime, Hijo de Africa



    Une dent toute seule ne peut pas casser la noix

    Voilà le genre de sentence que l'on nous apprend là-bas

    Pour soigner la maladie, partager noix de kola

    Cela veut dire dans les deux cas, qu'Africa a besoin de toi

    Tu dois connaître la savane sans passer par Papy Brossard

    Et voir l'oeil du griot lorsqu'il te raconte l'Histoire

    Les danses de village lors de la cérémonie

    Ainsi que les rites initiatiques qui viennent de moins l'infini

    Lacs, fleuves, Nil, Niger ou le Victoria

    Allez de Bobodioulasso jusqu'à la ville de Pretoria

    Ne m'appelez pas bamboula, ou tête de Granola, j'suis Tarzan

    Le civilisateur avec l'oeil perçant



    Ahio ! Il y a des idéaux

    Des couleurs et des sons qui sont plus beaux que dans les vidéos

    Ahio-o ! Nouvel idéal

    J'ai vu des nanas là -bas, qui veulent être comme les filles des Halles



    De Doula jusqu'à Touba

    Je t'aime, je te le dis tout bas

    De Douala jusqu'à Touba

    Je t'aime, Hijo de Africa



    Le troisième acte, c'est les rapports de l'OMS

    Parfois le manque d'eau, parfois des conflits qui nous stressent

    Guerres civiles inutiles, peur sur le village et la ville

    Populations déplacées c'est la peur qui crée l'exil

    Des gosses sans école qui ne font pas leurs leçons

    Ils ne jouent plus aux soldats, car soldats, ils le sont

    C'est aberrant c'est comme un laboratoire

    Qui fait des expériences pour quantifier le désespoir

    Mais j'garde l'espoir quand j'entends premier Gaou

    Ne pas baisser les bras, je le dis toujours au cas où

    Quelqu'un écoute ce qui dégoûte, ou écoute les doutes

    Et s'il montre la route, en août j'amène des scouts



    Ahio ! Il y a des idéaux

    Des couleurs et des sons qui sont plus beaux que dans les vidéos

    Ahio-o ! Nouvel idéal

    J'ai vu des nanas là -bas, qui veulent être comme les filles des Halles



    De Doula jusqu'à Touba

    Je t'aime, je te le dis tout bas

    De Douala jusqu'à Touba

    Je t'aime, Hijo de Africa

  • Hasta siempre. Que vive la Revolución
    Rapero número uno el grito en la cancción
    Soy el papel del líder como Fidel Castro
    Tengo el microfóno amigo cuidado
    Solaar, soy al mismo tiempo ser y estar
    Estrella : la gente de Indía me llama star
    Paz al rap de Barcelona. De Costa Rica.
    Alianza tercer mundo Suramerica
    A mí me gustaba la chica llamaba Rachel
    Tengo la voz, la fuerza, estiló y papel.
    Si te gusta vas a bailar como Ibiza.
    Soy como el sol. Hijo de Africa
    Refrain : Eso es amor sin dolor
    Hasta la próxima mi amor
    Eso es amor sin dolor
    Hasta la vista mi amor
    J'étais livreur de pizzas près de l'hacienda
    Où la chica du nom d'Esmeralda faisait la fiesta
    Comme par hasard elle me commande un pan-chorizo
    J'ai compris le complot cuando la fille me dit te quierro
    Amigo, dans le barrio on se pavanait sec.
    Sex six jours sur septembre Tequila, pas de prise de tête
    Mais ça n'a pas plu à certains pistoleros
    Bagarreurs tel Valera de vraies têtes de vils héros
    Expulsé de la ville tel un sans pap
    Seul sans barillet, isolé tel un catho sans pape
    Quand je pense à toi Rachel Esmeralda
    J'en ai la gorge serrée mais bon j'ai des valda

    Refrain

    On est en Californie, bien avant B-Watch
    J'marche solo tel un orphelin dans la poche de Bihac
    Y a des noichs Kwan Chang Ken et des gringos
    Dégringolent y a des panchos sous les sombreros
    À contre-jour Esmeralda déesse
    Les yeux pleins de liesse sort du Poney Express
    Elle me dit vamonos, je réponds yes
    C'était Bonnie et Claude dans notre Dame de Barbès
    Hasta la vista, générique final
    Hasta la próxima, on part vers l'ouest à cheval
    Tout le monde se lève il n'y a plus personne dans le ciné
    Le film est terminé mais j'entends chanter